Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

BIOGRAPHIE (FRANCE)

23 Juillet 2014, 09:45am

Publié par DEVILLERS Dominique

Pas de dépôt

Avec les galeristes, je ne fais pas de dépôt. Ils achètent, je leur consens une belle ristourne mais ils payent ou je garde mes oeuvres.

La raison est simple, car un galeriste qui a vos oeuvres en dépôt n'est pas plus pressé que ça pour vous défendre. S'il a acheté, il est beaucoup plus motivé. Mais il y a autre chose, cela revient cher au peintre de s'enquérir si les toiles ont été vendues ou pas, il faut se déplacer, manipuler et quelquefois pour rien. Et puis, n'étant pas homme d'argent il m'est souvent arrivé d'oublier des pièces à tel endroit. Je me rappelle d'une galerie à Villers sur Mer qui doit en avoir deux ou trois et qui ne m'a jamais donné de nouvelles. (Je dois reconnaître que j'en ai jamais pris non plus !)

Mais toutes ces réflexions sont surtout venues à la suite d'une histoire que je vais vous narrer.

Dans les années 80, je trouve une galerie qui accepte mes miniatures en dépôt à Beaune en Bourgogne. L'endroit est idéalement placé, sur le place des Hospices de Beaune et la directrice me semble sympathique.De plus elle est d'origine beauceronne et cela créé des liens. Je lui confie 9 pièces. Cela ne me pose pas de problèmes particuliers car j'ai souvent l'occasion de me rendre en Bourgogne. Je ne suis pas du genre à téléphoner tous les quatre matins pour prendre des nouvelles de mes oeuvres, mais au bout d'un certain temps ,n'en ayant pas ,je prends mon appareil et m'inquiète du sort de mes tableaux. Au bout du fil, je sens la galeriste bizarre mais ne me tourmente pas plus que çà .Devant me rendre en Bourgogne prochainement, nous convenons d'un rendez-vous tel jour à 9 heures du matin.

A l'heure précise je suis devant la galerie et personne n'est présent. Je sens le coup fourré et décide de m'installer dans ma voiture sur le parking avec vue sur la vitrine, et j'attends. Effectivement, quelques cigarettes et deux heures plus tard, elle vient ouvrir la galerie. Elle a du penser que je serais parti, mais je suis là !...

Et dès que je vois les lumières allumées, je m'introduis dans la boutique. Après l'avoir saluée, je m'inquiètes du sort de mes miniatures. Elle bafouille je ne sais quoi et m'explique qu'elle les a mis en exposition à l'hôtel Mercure de la ville. Je sens l'arnaque et lui rétorque :

"Ecoutez, ce n'est pas grave, je vais les reprendre, ce que je vous propose c'est que je tienne votre galerie et vous allez les chercher !... J'attends ici !.."

Je l'a sens très embêtée, elle bafouille encore des trucs que je ne comprends pas et finit par m'avouer :

"Ecoutez, nous avons eu un début d'incendie dans l'atelier (où je ne sais trop où) et vos miniatures ont été abîmées."

Je m'attendais à pleins de choses mais pas à cela !...

Puis il me vient l'idée :

- "Mais vous êtes assurée ?"

- "Oui, bien sur !..." me dit-elle

- "Et vous avez été remboursée ?"

- "Ben oui" me dit-elle

- "Alors c'est simple, vous me payez les oeuvres et nous sommes quittes !"

Elle s'exécute de mauvaise grâce mais le fera !....

En effet, elle espérait que je me désintéresse de l'affaire et surtout ne pas me payer les peintures.

Tout compte fait, cette mésaventure ne se terminera pas trop mal pour moi mais j'y aurai passé une bonne journée et c'est pourquoi je ne veux plus de dépôt et d'histoires abracadabrantes avec ce système.

Les Hospices de Beaune

Les Hospices de Beaune

Commenter cet article