Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

BIOGRAPHIE

17 Février 2015, 11:41am

Publié par DEVILLERS Dominique

Saint Calais (suite du 24/01/2015)

Nous étions en pension et le régime était sévère. Les moins éloignés ou les plus chanceux rentraient chez eux pour le dimanche. Pour la plupart des autres c'était toutes les trois semaines et certains rentraient aux petites vacances scolaires et enfin, les étrangers une fois l'année terminée.

Tout ça pour vous dire qu'il fallait occuper ces foutus dimanches. Sans doute, il y avait la messe le matin mais bizarrement je n'en ai aucun souvenir. Ce dont je me souviens, ce sont les après-midi. Il y avait latéralement à l'école,, de l'autre côté de la rue, un stade et c'était immuable, nous partions assister aux matchs de football.

Le sport n'était pas notre truc mais nous étions tranquilles pour une paire d'heures. Notre sport était plûtot d'essayer de draguer les minettes locales et ce n'était pas facile quand vous veniez d'arriver au stade en rang deux par deux et que vous représentiez "Notre Dame" de St Calais. Les râteaux étaient nombreux et nous étions concurrencés par nos pions. Il ne nous restait qu'une solution : se rabattre sur la buvette !... Là, pas de problème, l'argent des gars de la pension était aussi bon que celui des indigènes. Il n'y avait pas, à l'époque de loi sur la protections des mineurs et la boisson la moins chère était le verre de vin blanc. Je vous laisse deviner la suite !... La moitié du pensionnat rentrait avec sa cuite !.. Vive l'éducation nationale !... Et l'étude du dimanche soir était des plus calmes.

Il y avait les dimanches et il y avait les.... jeudis !.... Ah les jeudis !.....

Ce jour était destiné à la promenade, nous traversions la ville pour nous rendre dans un autre stade en haut de la ville !....

Ne me demandez pas ce que nous allions y faire, je n'en ai plus la moindre idée !... Par contre, je me souviens que c'était le jour du ravitaillement !.... Le jeu était ,alors que nous traversions le centre de la bourgade, de se laisser glisser à la fin des rangs et de disparaître pour acheter, qui des cigarettes, qui de la nourriture et rentrer dans le rang. Une vraie volée de moineaux. Je ne sais pas si les surveillants étaient dupes ou que nous étions des petits génies mais tout s'est toujours bien passé !...

Et il y avait le retour et un autre moment de gloire !... C'était la "douche".

Nous étions donc en étude surveillés par notre directeur qui supervisait les choses. Nous attendions qu'il nous appelle par groupe de trois, pour aller à la douche !...

Je vous ai déjà décrit l'état pitoyable des locaux et de la cours en terre battue, mais il y avait une autre surprise : les douches dont je ne m'attarderais pas sur l'état, étaient à côté de.... la soue à cochon". Oui, messieurs, ils élevaient des cochons. Il n'y avait pas de petits profits (en même temps, nous étions dans la Sarthe). Ainsi, peut être l'avez vous déjà deviné mais le jeu consistait à prendre sa douche et d'aller dire bonjour aux cochons et de revenir en classe le plus sale possible !... le directeur nous inspectait de la tête au pieds ( "Heu, tu ne me touches pas toi, avec ton col roulé rose !..."), grommelait je ne sais quoi et !... Nous renvoyait à la douche !.... Et cela pouvait durer un certain temps, sinon un temps certain !....

Saint Calais (Sarthe)

Saint Calais (Sarthe)

Commenter cet article