Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

Les rencontres

9 Août 2016, 09:11am

Publié par DEVILLERS Dominique

Il y a quinze jours nous vous avons fait découvrir les récits de Muriel Desenne et à en croire nos statistiques cela vous a beaucoup plu.
Du coup, nous allons vous proposer une autre petite histoire.
Bonne lecture amis blogueurs :)

LA LEGENDE DE MARCELLIN BOUSSAC

Marcellin Boussac avait pour habitude de parcourir sa vie.

De clefs en clefs, de jours en jours, et de poèmes en poèmes.

Le premier geste de ses matins, était d’attacher, autour de son cou, une petite clef, qui correspondait à son humeur,

à son état d’esprit, à ses attentes de la douzaine d’heures qui allait arriver devant lui. Je crois que cette clef le rassurait.

Elle lui ouvrait les portes de ses objectifs. Même si ils étaient parfois minimes. Il commençait ses journées ainsi.

Puis il sortait, prendre son temps, et son café. Comme la clef qu’il prenait avec soin, il choisissait également une petite cuillère.

Il la tournait dans une tasse de porcelaine ébréchée par le temps, jusqu’à ce que le sucre disparaîsse. C’est ainsi, que commençaient ses jours.

- Hep ! Monsieur ! Puis-je venir m’assoir à vos côtés ?

Il sursauta. Il n’avait pas pour habitude de se faire interpeller par une femme. Il hésita... Tellement longtemps, qu’elle finit par partir.

Il se leva, et l’oublia.

Marcellin avait le destin et le dessin dans l’âme. Il en avait fait sa vocation. Il aimait aussi les jolies choses. Et prendre son temps.

Ce qu’il aimait par dessus tout, c’était aller visiter les expositions de peintures. Il en écrivait ensuite des poèmes et des légendes.

Il rentrait le soir et s’endormait sur ses lignes.

C’est ainsi que les jours passèrent...

De temps à autre, il lui arrivait de rendre une petite visite à quelques amis proches, mais il était quand même de nature solitaire.

Cela semblait lui convenir. Il aurait voulu néanmoins que ses poèmes et ses légendes se fassent connaître... Il ne savait pas comment s’y prendre.

Un jour, en ouvrant sa boîte aux lettres, où se nichait précieusement toutes ses petites clefs du matin, il trouva une petite cuillère.

Il l’attacha, elle vint remplacer sa clef. Peut-être appartenait-t-elle à quelqu’un ?

Il continua le chemin de sa journée, ponctuée de jolis mots.

- Hep ! Monsieur ! Puis-je venir m’assoir à vos côtés ?

Cette fois, il n’hésita pas. Il lui fit un geste d’acquiesement.

- Vous portez la cuillère avec laquelle je bois mon café chaque matin, lui dit-elle. Et vous avez la clef. Je suis romancière de légende.

Et d’un poème, vous en avez fait toute une histoire.

Muriel Desenne

Muriel Desenne

Commenter cet article