Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

ANECDOTES (France)

16 Novembre 2012, 14:45pm

Publié par dominique devillers

La multiplication des pains

Je sais comment Jésus a multiplié les pains, je l'ai vécu, ou presque!...

Nous sommes dans les années soixante-dix, c'est la pleine période "hippies". Nous nous rendons, avec quelques copains, au festival d'Aix en Provence. Un de ces nombreux rassemblements plus ou moins bien organisés autour de la musique. L'assemblée est, comme à l'habitude, interlope. Comme souvent celui ci se termine en eau de boudin. Ce festival était organisé par un général, imaginez ce qu'il pouvait y connaitre en musique "pop". Cependant j'ai pu y apprécier 'Mungo Jerry" un délire dans le public, "Johnny Winter" un fabuleux guitariste et puis oublier un piteux groupe français qui a massacré une chanson de Jacques Brel.

Donc, ces agapes terminées un certain nombre d'entre nous se retrouve à errer dans Aix, avec un vague but, se rendre à un autre festival: Biot. Une paille!... Il y a cent cinquante kilomètres environ et aucun de nous n'a d'argent. On commence à discuter les uns les autres, l'idée fait son chemin, et c'est là qu'arrive notre "Jésus".

Avant de poursuivre mon récit, je dois vous présenter ce personnage. Il s'appelle "Aguigui Mouna" (Dupont, en réalité). C'est un papy avec une longue barbe blanche, affublé souvent d'un beret rouge et décoré de multiples badges. Il est mi-poète à la Ginsberg, mi-prophète, philosophe ou humoriste selon sa folie. C'est une star pour les parisiens ou les provencaux.

A Paris, je le croisais souvent dans le quartier latin où il apostrophait les foules de façon farfelue. Je me souviens d'un jour où il tenait un discours coiffé d'une passoire en métal, tenant son vélo d'une main et son téléphone rouge de l'autre. Il terminait sa diatribe en jetant des grains de blé sur les gens, concluant: " prenez en de la graine!..." Un personnage je vous dis; mais revenons à nos moutons.

Nous discoutons avec "Aguigui", lui faisant part de nos espérances se rendre a Biot!..

Il réflêchit avec nous, puis l'idée folle lui vient: "Organisons une immense manche et moi je vais négocier pour avoir des cars!..."

Aussitôt dit, aussitôt fait. Nous nous éparpillons dans la ville. Il faut imaginer la scène!...

Des gueux quémandant dans une ville très bourgeoise. Mais chacun ramène son obole et "Aguigui" ramène les bus!... Incroyable.

Je ne me rappelle plus très bien mais il y en avait plusieurs, deux ou trois minimum.

Voilà notre caravane partie. Un petit hic cependant, notre quête avait payé les véhicules mais pas assez pour tout le trajet et les chauffeurs nous ont stoppé à plusieurs kilomètres de Cannes.

Alors la "cour des miracles" se met en route à pied pour rejoindre la Croisette. Je repense à la tête des cannois voyant débarquer ces apotres suivant leur leader. Une foule en guenilles, harassée, qui s'installe sur la plage pour passer la nuit. Il y a du avoir des instructions car nous n'avons pas vu la police. Bonne nuit!....

Le lendemain matin, un nouveau problème se présente, la faim se fait sentir!... Et il faut trouver une solution!... Et c'est là que notre "Jésus" intervient encore avec une illumination!...

Il part avec une dizaine d'entre nous, dont je suis, et il organise une immense quête de nourriture auprès des commerçants locaux. Cela dure un certain temps mais c'est une star ici aussi. Au bout de quelques heures, nous revenons vers la plage, les bras chargés de caisses de pains, fruits, légumes, etc... Et il a nourri toute la foule!.. Un miracle, je vous dis!.. Je savais bien qu'il y avait un truc dans la multiplication des pains!...

Rassasiés, nous nous sommes dispersés. Pour ma part, j'ai rejoint Biot pour un autre festival médiocre mais je ne me souviens pas bien!...Je ne fumais pas que du tabac à cette époque. "OTEMPORA, O MORES"!..........

huile sur toile (27x22cm) naif flamand "La messe": en hommage à la multiplication des pains

huile sur toile (27x22cm) naif flamand "La messe": en hommage à la multiplication des pains

Commenter cet article