Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

BIOGRAPHIE

27 Décembre 2012, 10:55am

Publié par DEVILLERS Dominique

Le dessin

Il faut savoir commenter de temps en temps.

Les gens aiment à comprendre et cela me parait naturel. C'est pourquoi je prends un réel plaisir, lors d'expositions ou de salons, à expliquer mon travail aux personnes qui expriment leur curiosité. Je parle de technique bien sûr ! Car rien n'est plus insupportable que l'artiste qui vous explique pendant deux heures ce qu'il a voulu dire dans son tableau et qui vous culpabilise, vous engueule ou vous snobe parce que vous ne comprenez pas. Une oeuvre vous touche ou pas !...

Deux exemples pour vous le prouver :

J'ai exposé avec un peintre japonais à la galerie "Casanova" à Paris. Ses dessins étaient très "scatologiques". Ce n'était pas vraiment ma tasse de thé mais j'étais fasciné par la finesse de son trait proche de la perfection à mes yeux. J'en oublais le sujet, il avait gagné ! J'étais touché.

Une de mes élèves, qui expose un peu en galerie maintenant, a un vrai talent !...Elle vient apprendre les différentes techniques, la peinture académique etc... mais quand elle est dans sa maison, elle me sort des tableaux abstraits de toute beauté. J'ai beaucoup de mal avec l'abstraction mais en l'occurence je comprends son expression et je suis très ému. ( Je l'encourage d'ailleurs à ne pas trop m'écouter afin de garder sa fraicheur). CQFD !...

Pour en revenir à mes dessins, je les excécute à la mine de plomb, bien entendu. Après selon, mon humeur, trois possibilités s'offrent à moi.

Je les garde "crayonnés" et travaille mes ombres avec différents types de crayons : du HB au 3B.

Je les encre avec la technique dite à "strattégio", inspirée un peu de la gravure. Une multitude de petits traits posés côte à côte. Je devrais dire je les encrais car j'utilisais cette méthode au début puisque je travaillais avec des plumes "Sergent-Major".

Maintenant, je pratique le "pointillisme". Cette façon de faire est inspirée de la typographie des premières photos des journaux. Des milliers et des milliers de points plus ou moins rapprochés. Très serrés, ils produiront du noir, trrès espacés on s'en ira vers le blanc. Cette idée m'est venue lors de la sortie des "Rotring". Ces stylos à encre sont plutôt utilisés par les dessinateurs industriels mais je les ais détourné à mon profi et, sincérement j'éprouve une vrai jouissance à aligner ces milliers de points. Je suis tellement concentré que j'oublie tout le reste lorsque je travaille.

Commenter cet article