Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

LA PEINTURE

23 Novembre 2012, 14:12pm

Publié par DEVILLERS Dominique

Pour paraphraser un médiocre personnage, à mes yeux, je dirais:" la peinture tu l'aimes ou tu la quittes".

Il y a des drogues douces, des drogues dures, toutes sortes de dépendances mais la peinture, comme tous les arts je suppose, si tu y touches, tu es pris pour la vie et tu vas vivre une passion sans retour.

Donc, si tu choisis le métier d'artiste peintre, tu vivras des grands moments de gloire, des grands moments de solitude, d'angoisse, de bonheur, d'exaltation, de deception, que sais-je encore. Bref un stress permanent!...Si tu veux le calme, le repos, choisis un autre métier. (En existe t-il qui assure ça!...) Si tu as préferé la deuxième formule arrête ici ce récit!... Autrement continues ta lecture et bienvenue dans mon univers: La peinture.

Tu connaitras les moments de gloire quand, après quinze ans de métier, tu verras la queue devant une Caisse d'Epargne avant l'ouverture d'une exposition que le banquier t'a demandé de faire dans ses locaux.

Quand, après vingt-cinq de carrière tu te frotteras les yeux, voyant trois ou quatre cents personnes assister à ton vernissage dans une galerie de province ou tu pensais que personne ne te connaissait.

Quand, après trente ans de carrière tu deviendras ami avec une américaine, dernière secrétaire de Winston Churchill, et collectionneuse de tes toiles.Quand tu apprendras que le directeur de la C.I.A (ministre de la défense maintenant) a acheté deux de tes miniatures et pour finir recemment quand tu apprendras qu'une de tes miniatures a fait un prix plus qu' honorable à Drouot.

MAIS!......

Tu connaitras de grands moments de solitude, quand un galeriste te refuse parce que tu n'es pas juif, homosexuel (véridique) ou que sais-je encore!...

Quand un architecte t'engueulera, te disant que ton travail est nul. Tu rentreras chez toi en larmes le croyant, bien sûr, et tu apprendras qu'il a livré ce que tu avais créé. Il avait compris ta jeunesse et ta naîveté et ainsi ne t'avais pas payé. Une paille!...Quatre mille six cents Euros....

Quand tu seras invité dans un grand restaurant de Toledo, OH, U.S.A, et que personne ne t'adresse la parole, pensant avoir affaire à un petit peintre français sans envergure, jusqu'a temps que ton courtier mette les points sur les "i". (A ce moment, tout change et tout le monde veut ton avis sur tout...)

Tu vivras des angoisses monumentales souvent dues à l'argent, le nerf de la guerre.

Tu te retrouveras dans ton lit, la nuit, sanglotant tout doucement pour ne pas réveiller ton épouse parce que nous sommes vers le vingt du mois et tu ne sais toujours pas comment honorer les traites de la maison, les factures et tutti quanti!...

Quand, alors que tu avais fait alliance avec un ami, tu penseras avoir réussi et que rentreras de Munich ou tu avais décoré un stand pour "Matra Optique" dans des circonstances rocambolesques tandis que ton ami en avait cinq petits à faire à Lyon. Tu apprendras qu'il s'est barré avec une minette de dix-sept ans, laissant tout inachevé, sa femme en train de se suicider et pour finir un manque à gagner pour les deux de plus de huit mille Euros.

Une sacrée angoisse te surbmergera lorsque tu seras en train de restaurer un "camée" à la gomme arabique. Ton atelier ne sera pas "chauffé" parce que tu es "fauché". La goutte te coule au nez, tu te rends pas compte tellement tu es concentré. Et là, le pinceau te tombera des mains, effaçant le nez de la duchesse de Montmorency et tu devras restaurer de mémoire. La cata!....

Enfin tu auras des périodes de bonheur et de déception. Le petit bonheur viendra quand, lors d'un salon de peinture dans ta ville, tu auras l'impression que l'on reconnait ton intégrité. En effet, le tableau que tu auras exposé sera vu par les deux sommités politiques locales. Ils auront chacun la même réaction. L'homme de gauche s'exclamera:" C'est un tableau de droite!...". Celui de droite:" Ca, c'est un tableau de gauche!..." Tu seras dans ton coin, un petit sourire dans ta moustache... Drôle d'animaux!...

La déception viendra avec les mêmes politiques. Plusieurs fois lors d'expostions, ils feront grand bruit pour être bien entendus le jour du vernissage. Ils n'hesiteront pas à te dire:" Vous me mettez celui là de côté!... Hein!...C'est magnifique!..." Et puis tu ne les reverras plus!...Sacrés menteurs!...

Voilà, tu as un aperçu de la vie du peintre: un stress permanent mais tellement excitant!... Et puis tu sais, j'ai souvent rencontré les jeunes à qui j'expliquais ce que tu viens de lire mais je terminais toujours mes propos par:" Ecoute, si tu as la niaque, l'ambition et la passion, n'écoutes rien de ce que j'ai dit et fonce!...."

Mes retrouvailles avec Anneliese Nefos, dernière secrétaire de Winston Churchill, joaillère, archéologue et galeriste.

Mes retrouvailles avec Anneliese Nefos, dernière secrétaire de Winston Churchill, joaillère, archéologue et galeriste.

Commenter cet article