Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
dominiquedevillers.overblog.com

Articles avec #anecdotes

ANECDOTES (U.S.A)

19 Octobre 2015, 15:19pm

Publié par DEVILLERS Dominique

Les milliardaires (Suite du 29/09/2015)

Oh purée la maison !... C'est la première fois que je pénètre dans une pareille bâtisse.

A l'intérieur, la cuisine semble banale, mais il me sortent une bouteille de Bordeaux, puis nous nous dirigeons dans le salon. Il est immense et le plafond a une hauteur incroyable. Au milieu trouve une magnifique cheminée dans laquelle crépite un splendide feu de bois..... électrique. Quelle faute de gout !.... Mais nous sommes aux U.S.A.

La soirée continue et ils décident de fumer un joint !... C'est quelque chose que je verrais souvent chez les bourgeois américains !.. Il semble que se soit du dernier chic !... On ne fume pas dans la maison mais on roule un pétard ! Bizarre !....

Pour ma part, je ne fume plus de chichon depuis au moins vingt ans, mais part contre je ne rechigne pas à fumer une bonne cigarette.

Je demande donc la permission de pouvoir me rendre à l'extérieur afin de satisfaire à mon vice. Celle ci m'est accordée et me voilà donc dehors à pomper mes mégots. Il ne fait pas très froid et je prends plaisir à contempler le ciel étoilé... Puis, il faut songer à réintégrer la maison !.... aie.... aie.... aie !....

Au moment où je veux rentrer, tout est fermé. De plus, le bâtiment est truffé d'alarmes et je n'ose toucher à rien, sur le côté j'aperçois une fenêtre par laquelle j'aperçois mes hôtes qui s'éclatent et semble bien se marrer. Je cogne aux carreaux mais personne ne m'entend. Ces putains de vitres doivent être en triple épaisseur et parfaitement isolées. Je me vois parti pour passer la nuit dehors. Au bout d'un temps qui me parait interminable quelqu'un finit par s'inquiéter de mon absence.

Ils finissent par venir m'ouvrir et ils sont hilares. Personnellement, je ris un peu jaune mais je suis rassuré, je ne coucherai pas dehors.

La soirée finit par s'achever et ils me montrent ma chambre à l'étage plus ma salle de bain !.... Je suis ébloui. Je n'ai jamais vu une pièce pareille. Les robinets sont en or !... (peut être qu'ils ne sont que dorés) et le rideau de douche pèse une tonne !... Puis quand je pénètre dans ma chambre mes pieds s'enfoncent dans une moquette épaisse comme je n'ai jamais vu !...

Mais je suis fatigué et je m'endors dans un lit à l'avenant.

A mon réveil, je suis surpris de trouver, au milieu de ma chambre, un énorme trou dans la moquette. Décidément, ces milliardaires sont très décontractés, mais je n'en ai cure.

Nous quittons donc nos hôtes, Pas tout à fait car David qui ne perd pas le Nord a obtenu un rendez-vous avec le mari pour discuter affaire dans sa bijouterie.

Nous traversons donc la ville pour nous rendre au magasin, là encore, je ne suis pas déçu mais je finis par "être blasé".

L'endroit s'apparente plus a une super marché de la joaillerie qu' à une bijouterie classique. David me laisse dans le lieu et s'enferme dans le bureau avec "son client". Je déambule dans les travées et je peux comprendre l'aisance des propriétaires quand je vois le prix des bijoux et montres.

Mais il n'est pas question de faire la moindre blague. Pendant tout le temps que je visiterai le lieu, je serais suivi par un vigile qui fait deux fois mon poids et ma taille !... Et il est sacrément armé.

Les affaires finies, j'aurais droit à mon premier breakfast américain dans un bar et je suis calé pour reprendre la route du retour !...

Voir les commentaires

ANECDOTES (U.S.A)

29 Septembre 2015, 08:09am

Publié par DEVILLERS Dominique

Les milliardaires

Encore une anecdotes américaine. Celle ci se situe au début des années 2000. Je commence a m'habituer aux coutumes locales mais il y a encore beaucoup à découvrir.

Ce matin, David me déclare :

- "Ce soir, nous allons au restaurant !..."

Je n'y retrouve rien à redire sauf qu'il ajoute :

- "Tiens toi prêt pour 15 h car cela se situe à 400 km et nous sommes attendus pour les 19/20 h !.."

Incroyable, il ne me viendrait jamais à l'idée de faire Paris-Dijon pour aller manger au restaurant. Ces Yankees ont quand même une autre vision des distances que nous !...

Bon, nous voilà parti pour Toledo, une petite ville tout au nord de l'Ohio, au bord du lac Erié. David à l'intention de me présenter des clients ou futurs clients. Il a donc organisé cette rencontre dans un restaurant Européen. D'ailleurs le chef est Allemand.... Peu importe, l'endroit est "chicos".

Quand nous arrivons, une dizaine de personnes est au bar en train de nous attendre autour d'un verre !... David fait les présentations et nous avons droit à notre apéritif aussi.

En temps normal, j'aime plutôt l'esprit américain, les gens sont francs, amicaux et ouverts, mais il existe des exceptions et ils ont aussi leur lot de snobinards et je suis tombé sur un nid. Ce qui fait que pendant plus d'une demi heure personne ne m'adresse la parole. Je suis là, le nez plongé dans mon verre et cela me parait une éternité. Je commence à me demander ce que je fous ici !...

En fait, je connais ce genre de personnages, nous avons les mêmes en France. Ce sont les grands bourgeois de la ville et ils ne pensent qu'à s'épater les uns les autres à coup de dollars !...

David finit par se rendre compte de la situation et de ma grande solitude et il entreprend un étonnant numéro dont il a le secret !....

- "Hey, mais vous savez qui est Domynik ?...."

Et il entreprend de leur expliquer ou j'expose, aux Etats-Unis ou en France. Du coup la situation se retourne et tout le monde commence à s'intéresser à moi.

Mais David a le contrôle et toute la soirée il va les tenir en haleine, leur racontant nos aventures européennes n'hésitant pas à en rajouter un peu pour les émoustiller. ils sont subjugués et aux anges. Les bourgeois s'encanaillent. Ils sont tellement heureux que lorsque vient le moment de payer l'addition, nous nous apercevons que l'un d'entre eux a subrepticement quitté la table et réglé pour toute la tablée. Oh mon dieu, il a du le sentir passer. Mais nous sommes chez les "milliardaires".

Au moment de quitter le restaurant certains ne veulent plus se séparer de nous et un couple veut absolument nous inviter à passer le nuit chez lui. Et nous voilà parti pour passer ne soirée avec deux autres de leurs amis.

Cincinnati-Toledo

Voir les commentaires

ANECDOTES

19 Août 2015, 08:54am

Publié par DEVILLERS Dominique

Allemagne

Alors que je viens de finir la saga sur David et moi, il me revient une anecdote de 1970. Nous sommes dans notre partie du voyage en Allemagne. Les jeunes allemands pratiquent tous l'anglais et la compagnie de David fait que je parfais mon langage à grande vitesse. Sans doute, je me la pète un peu mais j'arrive à faire illusion et à passer pour un américain et tout se passe pour le mieux.

Je vous explique ça car (je crois en avoir déjà parlé dans un autre article) si nos jeunes voisins germains ont une admiration pour la culture américaine, il développaient à notre égard une méfiance, voire une sorte de haine que je n'arrivais pas à m'expliquer mais c'était ainsi. C'était d'autant plus déplorable que leurs parents faisaient des efforts pour nous faire oublier nos rivalités passées.

Toujours est-il que nous étions dans une pièce à Köln, assis en cercle et en tailleur en train de faire tourner un joint à la façon des indiens et de leur calumet de la paix ! C'est drôle à écrire mais il est vrai qu'à cette époque il y avait un aspect convivial dans ces échanges de fumées.

Je me sens bien, l'américain que je crois être délire avec ses voisins quand soudain !.....

Quelqu'un se lève et involontairement me marche sur le pied et là !... Je suis piégé !

Je laisse échapper un gros.... Merde !....

Et bien, croyez le ou non, après ce que je viens de raconter, je ne verrai plus jamais repasser le joint de la journée.

Ah, l'amitié franco-allemande !....

Peace & Love

Peace & Love

Voir les commentaires

ANECDOTES

22 Avril 2015, 09:46am

Publié par DEVILLERS Dominique

L'administration

Deux petites anecdotes qui, je l'espère vous feront sourire.

Elles concernent notre administration française qui, parait-il , est la meilleure du monde !...

Voici la première :

Le facteur sonne au portail. Je vais lui ouvrir et il me remet un recommandé. Je ne sais pas vous mais personnellement je n'aime pas ça. Ce genre de courrier est souvent source d'ennuis. De plus, je vois la provenance sur l'enveloppe. Cela vient de l'U.R.S.S.A.F. Oh, mon Dieu, qu'ais-je pu oublier de payer ?....

Mon coeur se met à accélérer et je cogite sur la faute que j'ai du faire. Pour moi, j'ai payé toutes mes dettes mais allez savoir. si cela se trouve, j'ai fait une erreur !... Le coeur battant, à l'abri de tout regard, j'ouvre mon courrier et je tombe sur une mise en demeure. Elle est rédigée ainsi :

Mr Devillers, à ce jour vous êtes redevable d'une somme de 0,000 Euros !...

Je n'en crois pas mes yeux !... Il y a des gens qui sont payés pour faire ce genre de plaisanterie mais eux le font avec le plus grand sérieux et on nous demande de faire des économies !.....

La deuxième est dans le même ordre d'idées.

Il y a un mois je commande un portail à une société. Pour ce faire, j'envoie une enveloppe avec un bon accompagné d'un chèque et le met à boite de la poste locale. Au bout d'une quinzaine de jours, sans nouvelles, j'appelle la société qui me répond qu'elle n'a rien reçu. Je suis très étonné. Notre poste française marche plutôt bien. Qu'à cela tienne, je leur propose de renvoyer un nouveau chèque, prenant soin de faire opposition au premier. On n'aime pas avoir ce genre de chose qui se promène dans la nature. Ce deuxième envoi arrivera deux jours plus tard à la société !...

Je n'oublie pas l'événement mais je suis moins inquiet vu qu'ils ont le nouveau chèque et que le premier est inutilisable. 28 jours plus tard, la première lettre me revient. Je l'examine :

L'adresse est parfaitement rédigée, il y a mon tampon derrière, tout parait correct. cependant, il y a une mention de la poste sur mon enveloppe : Restitution à l'expéditeur pour motif de défaut d'adressage. Je relis mon enveloppe . Aucun problème dans mon adresse, elle est parfaitement correcte et lisible vu que j'emploie un stylo spécial pour rédiger.

Puis je regarde les tampons de la poste. Le premier émane du point de départ. Il donne l'heure et la date, et le second indique exactement la même chose. Même heure, même date et le même point de départ. En fait, mon envoi n'a jamais quitté la poste.... De qui se moque t'on ?...

Mieux vaux en rire !....

Les administrations françaises
Les administrations françaises

Les administrations françaises

Voir les commentaires

ANECDOTES

14 Avril 2015, 09:26am

Publié par DEVILLERS Dominique

Selon que vous serez riches ou misérables

Nous sommes dans les années 70.

Comme vous le savez maintenant, ma maison est un refuge pour tous les itinérants et voyageurs de tout poil . J'aime cette ambiance !....

Tous ces routards ont des choses à raconter et c'est un peu une façon de s'évader sans sortir de sa chambre, même si j'ai l'occasion, moi aussi de voyager.

En cette fin de journée, arrivent deux jeunes filles qui demandent l'hospitalité. Elles m'expliquent qu'elles viennent de quitter Paris et partent à l'aventure. Je ne vois rien à y redire et à l'époque, c'est relativement banal !....

Il doit déjà y avoir dans la chambre deux ou trois invités. Les matelas sont sur le sol et il n'y a aucun problème à rajouter deux personnes.

Le repas du soir est selon.... soit ma mère est en forme et elle peut proposer un couscous ou elle ne l'est pas et on se contente de partager ce que l'on a !.... Ce qui est le plus souvent le cas !.... Je ne me rappelle pas du repas de ce soir là !... Les demoiselles s'intègrent au groupe et la soirée ressemble aux autres. On écoute de la musique, quelque fois on partage un pétard et on échange nos expériences de voyage et les adresses ou l'on trouvera l'hospitalité. Tout cela semble bien sympathique.

Mais vers les 20/21 heures, on sonne à la porte. Je regarde à notre fenêtre du deuxième étage et la rue est pleine de voitures de flics !...

Je sais que les hippies sont surveillés par la police, il ne fait pas bon être différent, en cette période. Mais le déploiement de force est impressionnant. Il faut bien aller ouvrir, et je me demande bien ce qu'il se passe !....

Le commissaire et ses acolytes nous bousculent un peu, ils fouillent la chambre, en vain et finissent , sans résultat , par embarquer les deux jeunes filles. Etonamment, ils sont assez courtois avec elles !...

Tout ceci me parait assez rapide et il ne nous sera rien reproché !..Bizarre !....

La solution m'arrivera un peu plus tard. Ces deux pseudo voyageuses avaient quitté la capitale pour fuguer l'après-midi et leur premier arrêt était Chartres. Mais l'une d'elle était la nièce d'un ministre très important du gouvernement de Charles de Gaulle.

Comme quoi si vous êtes la nièce d'un haut personnage, les membres du ministère de l'intérieur ne mettront pas longtemps à vous retrouver.

Si ce n'est pas le cas !.... Essayez d'imaginer !....

Le refuge des voyageurs ( La maison où j'ai grandi à Chartres )

Le refuge des voyageurs ( La maison où j'ai grandi à Chartres )

Voir les commentaires

ANECDOTES (FRANCE)

27 Octobre 2014, 11:20am

Publié par DEVILLERS Dominique

Souvenirs, souvenirs (Suite du 13/10/2014)

Puis, il y a les restaurants parisiens ou nous sommes serrés comme des sardines. Au moment où j'écris, je me souviens de ce restaurant vers la foire du trône ou je me battais avec un poulet au petit pois. Soit le poulet était trop dur, soit mon couteau n'était pas bon , toujours est-il que ma viande a ripé et est atterrie sur la table de mon voisin.

Le second endroit de la capitale était une sorte de crêperie sur un grand boulevard. Nous étions serrés comme c'est pas possible et nous ne pouvions échanger une parole avec mon épouse tellement nos voisines étaient bavardes et s'adressaient autant à nous qu'à elle deux !... Pour la première fois de ma vie, j'interrompis mon repas , payais ce que je devais et quittais le restaurant. C'était intenable !...

Un autre souvenir est ce genre de restaurant qui est un véritable piège à touriste. Nous sommes dans le Quercy, nous remontons de Cahors par la nationale qui est très calme depuis qu'il y a l'autoroute quasiment gratuite à cet endroit. Nous nous arrêtons dans un hôtel-restaurant le long de cette route. Je sens assez vite que le lieu est "prout-prout ma chère". Mais quand je suis fatigué, je suis fatigué. Nous passerons donc la soirée ici.

Nous nous installons donc à une table espérant passer un bon moment. Les surprises ne manqueront pas. Dans le Quercy, nous nous devons goûter le foie gras local. Le chef ne s'embarrasse pas de détails. Il a ouvert une boite et nous servira des tranches rondes qui n'ont de foie gras que le nom. Nous continuerons avec une cassolette d'escargots. ils sont peu nombreux et nappés dans une sauce à la pseudo crème !... La maîtresse de maison qui fait office de sommelière me demande ce que nous voulons boire !... Et j'ai la bêtise de lui faire confiance. Nous sommes dans le Quercy et je lui demande de choisir un "Cahors". Elle ne nous loupera pas. Nous aurons un vin médiocre pour un prix plus qu'étonnant. Je déteste ces endroits qui se foutent des gens, sachant qu'ils ne les reverront pas le lendemain.

On se dit que toutes ces maison sont des petits endroits sans prétention mais ce n'est pas vrai. Mon dernier souvenir parle d'un très grand restaurant.

Je préparais le congrès des écrivains paysans et devais trouver des lieux pour nourrir mes congressistes. Le directeur de la maison de l' agriculture me proposait de disposer des cuisines qui étaient gérées par le plus grand restaurant de la ville. Il me fit donc visiter l'endroit. Celui ci était correct et propre mais lorsqu'il ouvrit les chambres froides pour compléter la visite , nous nous trouvons nez à nez avec des petits fours qui étaient pourris et en train de moisir . Nous étions tous les deux gênés et je déclinais poliment l'invitation !... à méditer....

Biens sur j'aurais plein de bons souvenirs de restaurant à vous raconter mais ces anecdotes me font sourire et surtout ne jamais se fier aux apparences !....

Voir les commentaires

ANECDOTES (FRANCE)

13 Octobre 2014, 10:04am

Publié par DEVILLERS Dominique

Souvenirs, souvenirs

En général, ce que l'on aime est de partager ses bons souvenirs. En l'occurrence, lorsque l'on a apprécié un bon restaurant, on s'empresse d'en parler à ses amis en leur recommandant l'endroit et ajoutant moult détails sur le menu et les vins puis l'accueil chaleureux des patrons.

Personnellement, je ne sais pas pourquoi mais, j'ai choisi l'inverse. Vous faire part de différentes aventures que j'ai vécu dans ces établissements. Peut être l'envie de vous faire sourire.

Le premier souvenir qui me vient à l'esprit est cette auberge bretonne qui se trouve quelque part entre Lorient et Rennes. Nous sommes en 1977, c'est la tombée de la nuit, le lieu est idyllique. Nous sommes seuls avec mon épouse, et prenons place dans de magnifiques fauteuils "louis XIII", et le service peut commencer.Entre l'apéritif et l'entrée, je ne sais plus exactement, un énorme berger allemand, le chien des patrons, vient nous rendre visite. Il farfouille dans le sac de ma femme qui est à ses pieds et repart avec son paquet de cigarettes dans sa gueule. Surpris et étonnés, voire amusés , nous ne savons quelle attitude adopter. C'est quand même un gros berger allemand !...

Le plat arrive, nous avons commandé des steaks au poivre. Avec la côte de boeuf, c'est un de nos mets favoris. Oh mon Dieu !.... Il y a tellement de poivre que je ne sens plus rien. Comble du malheur, j'avais choisi un Gevrey-Chambertin pour accompagner notre repas. Je ne serais jamais le goût qu'il avait !... une horreur !...

Puis le plateau de fromage nous est présenté et là, c'est un nouvel exploit. Ce fut la première et dernière fois que je vis un gruyère suinter comme ça !...

C'est peut être pour cette raison que nous étions seuls dans ce restaurant toute la soirée !...

Le deuxième qui est dans ma mémoire se situe dans la principauté d'Andorre. Encore une fois un endroit charmant, une jolie terrasse avec des nappes à carreaux sur les tables, le tout au dessus d'un magnifique gave. Nous sommes début Septembre 1978, le temps est radieux, un bon moment en perspective !...

Je ne sais pas pour vous mais , moi , quand j'arrive au restaurant j'ai souvent besoin d'aller me laver les mains comme on dit pudiquement. Et j'ai la première surprise de la journée. Les toilettes sont en béton et à la turque !... Et elles sont décorées sur tous les bas de mur, d'une matière brune dont je vous laisse deviner l'origine et l'odeur !...

Ce serait aujourd'hui, je quitterais les lieux immédiatement mais cette fois là, je décidais d'oublier l'incident et de m'attabler. Aucun souvenir précis du repas mais plutôt de la fin. Alors que nous arrivions aux fromages, nos voisins derrière mon épouse quittaient leur table. Et je vois dans le dos de ma femme un drôle de manège. Le serveur arrive, débarrasse les couverts.... et attrape les 4 coins de la nappe et.... Hop , bascule tout dans le ruisseau.... Serviettes en papier, pain et canette de boisson comprises !... Une manière express de faire le ménage !...

Nous quittons cette endroit, nous nous promenons dans la cité et par hasard, nos pas nous guiderons vers l'arrière de ce même restaurant et nous nous retrouvons devant un amas de poubelles toutes éventrées. Je crois que nous avons visité l 'endroit le plus "dégueulasse" de toutes les Pyrénées !....

(A suivre )

Voir les commentaires

ANECDOTES (FRANCE)

19 Août 2014, 16:02pm

Publié par DEVILLERS Dominique

Les petits cons !

Nous sommes dans les années 70. Le jazz qui s'essouffle une peu se cherche une nouvelle voie. Certains musiciens, tel Miles Davis s'orientent vers le jazz rock et d'autres comme Archie Shepp s'essayent à une nouvelle formule : le free-jazz qui pour moi se situe entre le bruit et le... bruit.

Nous sommes une bande de copains et toujours à la pointe de l'actualité, nous nous lançons dans cette aventure musicale. C'est facile, en gros tu fais n'importe quoi et tu essaies de jouer plus fort que les autres.

C'est un peu comme la peinture moderne, n'importe qui est un artiste et bien maintenant tout le monde peut faire du free-jazz, youpie !...

Mais attention, nous, on y croit,on fait même des répets, non mais des fois !...

Toujours est il que l'on finit même par dégoter un concert dans notre bonne ville de Chartres. Dans un endroit prestigieux. Il y a du monde dans la salle et nous avons même droit pour faire le boeuf avec nous à un saxophoniste américain qui réside à Paris.

Le concert commence. Le saxophoniste lance un riff, Jacky avec son saxo lui aussi, essaie de lui répondre. Son frère, Jean Luc, souffle dans sa trompette. Thierry essaie de placer quelques accords sur son orgue et Dominique (pas moi un autre) fait du bruit avec des trucs bizarres. Quant à moi, je suis au fond de la scène avec bongos et tablas essayant de m'intégrer comme je peux. C'est fascinant, personne n'écoute personne et cela tourne vite au Brouhaha !... Vive le free-jazz !...

Notre prestations dure un certains temps, puis , à un moment le saxophoniste" pro "quitte doucement la scène par l'arrière où je me trouve et je l'entends marmonner, quand il passe à ma hauteur , "bande de petits cons" !...

Inutile de vous dire que je ne remontrai plus jamais sur une scène pour un concert.

Les autres , qui n'ont rien entendu , continuent leur boucan. Et le pire est que je crois que nous avons été applaudi. Le snobisme et la connerie se nichent partout !...

Miles Davis "Fusion"

Voir les commentaires

ANECDOTES (France)

10 Août 2014, 13:47pm

Publié par DEVILLERS Dominique

Faites l'amour, pas la guerre !..

Nous venons de finir une randonnée pédestre. Nous sommes un groupe de huit et aimons à marcher ensemble. Notre terminus est un joli petit village du Perche, comme il y en a tant dans cette belle région. Nous sommes fatigués et en attendant le repas commun, chacun vaque à ses occupations. Certains soignent leurs pieds, d'autres font une petite lessive ou prennent leur douche etc...

Moi je suis avec Malik, assis sur les marches de l'église et nous papotons tout en relaxant nos muscles de jambes. Malik, c'est important de le signaler, est deux fois comme moi en longueur, en largeur et en muscles, une belle bête !...

Nous en sommes là de notre conversation quant tout à coup surgit de je ne sais où, une espèce de brute avinée dans une mini Austin et il se gare juste devant nous. Lui, dans sa voiture ,et nous assis sur les marches ,sommes exactement à la même hauteur.

Il commence à nous insulter. La situation pourrait être cocasse s'il n'y avait pas à l'arrière de cette voiture cette petite gamine de 5 ans qui pleure, et implore son père d'arrêter.

L'incident est imminent, il est complètement bourré et cherche la bagarre, c'est évident !...

Malik, à mes côtés, n'en même pas large !... Je sens que les coups de poing ce n'est pas son truc, en même temps, je ne suis pas sur que notre interlocuteur soit capable d'ouvrir sa portière sans se casser la binette !... Moi qui aime Bacchus et la dive bouteille, je me dis que c'est dommage de gaspiller l'alcool comme ça !...

Malik est de plus en plus mal à l'aise, j'essaie de raisonner le type mais il repart de plus belle avec des interjections que j'ai oublié. Dommage pour vous, lecteurs, et cette fille qui ne cesse de pleurer à l'arrière.

Je ne sais plus combien de temps à duré cette rencontre, cela m'a paru long, mais à bout d'arguments, je commence à en avoir marre !...

Je me lève donc calmement, vais vers la fenêtre ouverte, pose mes mains sur les épaules du type et lui dit

"Ecoutes, tu commences à nous faire chier !.."

Tout en lui faisant un gros bisou sur le front !...

Il est tellement désarçonné ou vexé, je ne sais, qu'il démarre en trombe pour je ne sais où !...

Je n'oublierai jamais cette petite gamine à l'arrière de la voiture. Malik respire, moi aussi !...

Et je reste persuadé que le calme et la douceur sont des armes redoutables.

A bon entendeur, salut !...

parc naturel du perche

parc naturel du perche

Voir les commentaires

ANECDOTES (FRANCE)

1 Avril 2014, 09:05am

Publié par DEVILLERS Dominique

TRISTE !....

Je viens de me séparer de ma petite voiture sans permis. Nous avions acheté cette voiturette car mon épouse avait eu des soucis avec la maréchaussée.

Peut m'importe ce n'est pas le propos !....

Je reçois un coup de fil d'une jeune femme intéressée par mon annonce. Pardonnez moi de ne pas être précis mais je tiens à protéger la vie des gens dont j'ai à vous parler !...

Nous sympathisons assez vite au téléphone, elle à l'air très demandeuse de cette voiture et négocie car son budget est serré. N'étant pas homme d'argent et surtout,,ressentant une bonne personne j'accepte assez vite une baisse de mes intentions.

Peut importe, nos négociations, je finis par lui demander son prénom dans l'hypothèse d'un rendez-vous. Elle me le donne et je trouve celui ci très joli !.... Et devant ma quête elle me répond :

"Oui, c'est d'origine russe !..."

Je m'accommode de cette réponse et nous prenons rendez-vous pour quelle découvre mon véhicule !...

Elle viendra avec son mari et leurs deux enfants !...

A l'heure convenue, je me retrouve devant un couple charmant :

avec deux garçons très bien élevés !...

Ils ont la bonne trentaine et Monsieur s'y connait en mécanique !....

Cela me rassure, car personnellement, je n'y connais absolument rien et je suis complétement incapable de faire l'article de ce que je cherche à vendre !....

Alors, pendant qu'il inspecte le véhicule, je fais la conversation avec madame et les enfants :

" Alors, vous êtes d'origine russe ?... C'est amusant parce que je n'aurais pas écrit votre prénom comme cela !.... Pour moi, j'aurais mis deux "l" mais peu importe j'adore l'âme slave, vous savez mon épouse est d'origine polonaise et ce n'est pas si loin !..."

Leur inspection de la voiturette durera 2 heures, au minimum et je ne vois rien à y redire.

Je veux qu'ils soient satisfaits.

Il fera des essais de conduite ainsi qu'elle !.... De temps en temps autour de la voiture ils font des commentaires à voix basse, ce qui me fait douter de la conclusion de notre affaire et à ce moment ils parlent étrangers !.....

Du russe sans doute, et je ne vois rien à y redire !....

L'affaire finira par se conclure !

Ils sont d'accord.

Nous remplissons donc les papiers, Madame avait préparé un chèque de banque et tout est parfait.

Elle me donne même sa carte d'identité. Tout est en règle, la voiture est vendue et tout va bien !...

Sauf que !....

Je suis triste car ces gens, surement de peur d'être mal jugés nous ont menti, oh pas sur le chèque, pas sur leurs intentions, mais sur leur identité.

Ils ne sont pas russes, mais arabes !...

Le prénom de la dame ressemble à celui d'une russe mais est du sud !... Et son nom de laisse pas de doute !

Je trouve lamentable que notre société impose à des gens de se cacher pour être considérés.... Et je repense malheureusement à des temps pas si anciens !...

Je ne vous reverrai peut être plus jamais, mais sachez vous deux et vos enfants que je ne jugerai jamais quelqu'un sur son identité. Un con est un con, et quelqu'un de bien, est quelqu'un de bien !.... Peut importe son origine !....

Je suis triste que l'on ne puisse être ce que l'on est ! A cause du regard des autres !....

La voiturette

La voiturette

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>